Pop CultureTendances

Freegan A TABLE

Comme le dit l’adage:

“Dis moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es”

et même en 2014, où les propos vont et viennent selon la mode, on est pas prêts de l’oublier.

On ne va pas parler de tendances de régimes, mais d’un autre mode d’alimentation présent depuis un moment et parti pour durer:

le Freegan. Pour une définition complète, coucou Wikipédia.

Le principe est simple: se nourrir à base d’aliments récupérés. C’est gratuit, et c’est facile, ce qui montre concrètement le gaspillage habituel.

Marie-Claire (Le magazine féminin, pas votre tante) en appelle les adeptes des eco-extremistes.  Beaucoup d’initiatives naissent de projets Freegan.

 

C’est vrai qu’en France, on entend pas mal d’histoires choquantes sur les produits non consommés qui sont jetés en masse, surtout pas redistribués afin de ” ne pas se retrouver poursuivit en justice par un malade”, ne pas encourager des marchés parallèles…

En Norvège par exemple, quand vous trouvez en rayon des aliments dont la date de péremption est passée, vous pouvez repartir avec. Ici, à la dernière nouvelle on vous les confisque.

En Belgique, il parait qu’il est interdit de gaspiller.

Par chez nous, le freegan a donc en plus de l’aspect économe, une dimension politique.

Et ça se sent chez les différents organisateurs de “disco soupes“. Après une collecte dans la ville (oui souvent ça veut dire plonger dans les poubelles), les habitants sont invités à se réunir armés de leurs économes (tiens tiens) et cuisiner tous ensemble. Et quand même, la gastronomie française on en parle à l’internationale, mais aussi de la convivialité des repas qui restent des moments de rencontre, de partage au sens large.

Le principe plaît aussi à des restaurateurs, comme a ce restaurant parisien (qui n’est plus ouvert actuellement).

 

Comment ça se passe par chez nous?

A Saint-Etienne par exemple, un lieu à suivre pour toute la diversité et la qualité de sa programmation, la Cartonnerie, organise des disco-soupes.

Une s’annonce à Chambéry pour le 17 Mai, évènement Facebook ici.

A Lyon, les disco soupes sont souvent des hybridations entre différents acteurs comme Les Gars Pilleurs, on trouve aussi un groupe Facebook spécifique, et la prochaine date sera ce 18 Mai,

A Grenoble on retrouve les traces d’adeptes du principe sur le net depuis 2007, et un article sur le sujet sur Indymedia, peut-être certains d’entres-vous étaient à celle à la Salle Rouge du 09/02/2013?

La prochaine Disco-soupe, ce sera place Saint-Bruno le 14 Juin !

 

En attendant la prochaine, il y aussi ce site qui propose d’échanger vos légumes , et des étudiants à Grenoble motivés à échanger plutôt que gaspiller !

 

Alors ça vous met en appétit? 

Organiserez-vous bientôt une Disco Soupe?

 

Previous post

Rencontre : Thomas Mouillon, designer grenoblois

Next post

La représentation de la femme à l'ère de photoshop

Clémentine Martin

Clémentine Martin

No Comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>