Art

Biennale de Sydney 2014

La biennale de Sydney est un des grands évènements artistiques organisé par la ville. Toujours plus populaire et grandissant, voici un échantillon des artistes présents:

Jim Lambie

Pour une personne myope et/ou daltionienne, cette pièce peut être un challenge. Les rayures graphiques peuvent être une idée simple mais avoir la moitié d’une étage recouvert de lignes droites et obtues, avec des couleurs en discordance, peut être une épreuve psychologique pour certains … ! L’artiste s’est amusé à rajouter un clin d’oeil avec cette illusion d’optique murale. Si on s’approche de ce petit cercle creux aux couleurs criardes cohérentes avec le sol, on s’aperçoit que l’oeil déforme la forme de l’object, pour laisser places à des vagues latérales (non, je n’ai pas bu !). J’ai pensé au Parc de la Villette et sa section d’illusions d’optique pendant quelques instants.

201405 BOS 01 Photo: Karine Pham

Source : http://www.biennaleofsydney.com.au/19bos/artists/lambie/

 

Pipilotti Rist

Une certaine de soi se sent transporté à Poitiers, Futuroscope, quand on entre la pièce. Des coussins sont à la disposition de chacun pour s’allonger et comtempler ce voyage journalier à 180 degrés. On traverse les champs, la plage, le rivage et on assiste au coucher du soleil sur une des plages d’Australie; On boit à la fontaine par au dessus et par en dessous de l’eau avec le protagoniste, on partage même un bain avec les parties intimes de l’artiste en gros plan (Je dois avouer que Sydney a quelque chose avec la nudité masculine, que ce soit à travers l’art graphique ou théâtral). Malgré le fait de se sentir petit dans cet espace, on  a l’impression de partager l’intimité d’une personne pour quelques instants. Et rien que pour ça, on reste un peu plus longtemps …

201405 BOS 02   Photo : Karine Pham

Source : http://www.biennaleofsydney.com.au/19bos/artists/rist/

Roni Horn

Cette pièce retranscrit très bien l’idée d’une ambiance polaire, glaciale, froide autant esthétiquement et que mentalement. On regarde ces cuves d’eau et on s’attend à ce qu’elles bougent en fonction du son et du mouvements des passants, mais rien ne bouge. Cela intrigue : on veut toucher, on veut voir notre reflet, on veut boire ou goûter, mais on ne peut pas. C’est un sentiment étrange. On aimerait faire vivre cette pièce. La ranimer avec du feu. Mais au final, quelle est cette matière qui semble être eau et être complètement insensible à son environnment ? Narcisse, es-tu là ?

201405 BOS 04   Photo : Karine Pham Source :

http://www.biennaleofsydney.com.au/19bos/artists/horn/

 

http://www.biennaleofsydney.com.au/

Previous post

Bonne fête Super-Hacker Mum

Next post

<3 GIF

Marie Postel-Vinay

Marie Postel-Vinay

No Comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>